Chroniques du CPE (8) : Le blocage

Catégorie

Étiquettes

5h du matin. Nous sommes quelques uns à nous rendre à l’université si tôt. A cet horaire, il faut faire le mur pour entrer. Rue Cuvier, il y a un parcmètre sur lequel on peut monter en posant un pied sur le bas du mur. Une fois sur le parcmètre, on pouvait passer par dessus le mur d’enceinte et entrer près du bâtiment F. A l’époque, il n’y avait pas de grille au-dessus du mur. On marche en silence le long de l’ancien bâtiment T, où se trouvaient autrefois les locaux des organisations étudiantes de Paris 6, puis on entre dans les sous-sols. En silence, car parfois il y a des rondes, des vigiles avec des chiens. La possibilité d’une rencontre désagréable. On avance jusqu’à la COOP, sous « l’inter-amphi 34-44 » (comprenez, en langage jussieuien, entre les tours 34 et 44). La première porte est ouverte, nous y avons veillé. D’autres jours, nous avons dû contourner par les amphis, ou par l’arrière, ce qui est un peu plus compliqué encore.

La COOP après quelques semaines de mouvement…
La COOP après quelques semaines de mouvement…

Nous sommes quelques uns, nous prenons les chaines, les cadenas, les banderoles. Dehors, il fait froid. Un matin, il neigera même. Nous montons en haut de la tour 44, nous attendons que les étudiants arrivent. Il fait nuit et nous ne croyons toujours pas à la possibilité de bloquer ce monstre. Mais les étudiants arrivent comme prévu à partir de 6 heures, par petits groupes. Des groupes sont constitués pour fermer chaque entrée.

La grille du parvis est hélas ouverte. C’est sûr, la présidence a anticipé le blocage. Nous apportons quelques dizaines de chaises, tables, poubelles et surtout des grilles de chantier trouvée à quelques mètres de là, pour bloquer le passage.

Le blocage du parvis
Le blocage du parvis

Tour 46, la porte est bloquée avec des tables et des chaises.

Le blocage de la tour 46. Li*, Az* et Lu* aux commandes.
Le blocage de la tour 46. Li*, Az* et Lu* aux commandes.

Tour 56, une chaîne est posée sur la grille.

Tour 56

Rue Cuvier, la porte coulissante est fermée par une chaîne et des poubelles.

Rue Cuvier. Non, Li* n’a pas bloqué toutes les portes à elle toute seule !
Rue Cuvier. Non, Li* n’a pas bloqué toutes les portes à elle toute seule !

Quai St Bernard, la petite porte est fermée avec une grande planche et des meubles.

Quai St Bernard

La grande porte est bloquée par une chaine humaine composée d’une trentaine de militants.

Les bâtiments A, B et C sont bloqués, comme on peut… De toute façon, nous ne sommes pas assez nombreux pour surveiller toutes les portes… et beaucoup d’étudiants ne savent même pas qu’elles existent ! Il suffira d’envoyer des équipes mobiles remettre les chaises si elles sont déplacées…

Bâtiment C
Bâtiment C

La tour 14, rue des Fossés St Bernard, est bloquée par des poubelles retournées. C’est sale donc dissuasif !

Tour 14

Nous avons le temps d’attacher des banderoles un peu partout. C’est beau, cela donne une impression de force. C’est que nous sommes tout de même deux cents à bloquer ! Nous attendons maintenant l’arrivée des étudiants. Un groupe a été organisé pour accueillir avec le sourire, et expliquer que, pour ceux qui doivent absolument entrer, un filtrage est organisé à une des entrées situées Quai St Bernard.

Filtrage

Les problèmes arrivent petit à petit : le président de l’Université tente d’entrer par la porte Quai St Bernard, en forçant le barrage avec sa voiture ! Nous avons peur mais notre chaîne ne cède pas, tandis que les syndicalistes, notamment de la CGT, exerce une telle pression sur le président qu’il finit par faire demi-tour.

Tentative de passage en force du président…

Un camion de chantier tente de forcer l’entrée rue Cuvier… Il est plus courageux que le président… nous le laissons passer.

Des centaines d’étudiants, puis de milliers, arrivent. Certains rejoignent la mobilisation. D’autres nous agressent avec plus ou moins de violence. Mais le plus drôle est le défilé qui s’organise autour du campus. Des centaines d’étudiants longent les murs pour trouver une entrée ouverte. Nous leur répétons sans succès qu’il ne sert à rien d’entrée puisqu’il n’y a aucun cours, que les enseignants n’entrent pas non plus.

Déambulation

Les vigiles détachent la barricade de la tour 46 et posent une chaine et un cadenas pour bloquer la porte en position ouverte. Quelques dizaines d’étudiants se positionnent pour bloquer l’entrée, tandis que L* casse la chaine. Nous gagnons encore une fois.

Tour 46

Nous redirigeons les étudiants vers l’amphi de Biologie, rue Cuvier, pour organiser l’assemblée générale à laquelle, nous le promettons, ils pourront s’exprimer sur le blocage, et à laquelle nous voterons.

Accueil

Nous convainquons les bloqueurs à la langue la mieux pendue d’abandonner le blocage pour se rendre à l’AG, car la discussion sera décisive pour la suite du mouvement.

L’amphi de biologie sera rapidement plein à craquer, nous tiendrons deux AG en même temps, l’une dans l’amphi de Biologie, l’autre dans l’amphi de Chimie. Ça s’annonce énorme !