L’appareil

By Antoine, 29 décembre, 2021

Parallèlement à ce travail militant à la base, j’intégrais petit à petit l’appareil des JCR. Au départ intégré au bureau de ville, je participais à la commission journal, qui sortait la nouvelle formule de RED. J’écrivais donc beaucoup, suivait des articles, des rubriques, en un mot apprenais à organiser une structure. Je m’essayais aussi au maquettage de quelques pages. J’aidais aussi ma sœur, membre du bureau national, dans ces tâches, avec Boubou. Nous aidions à rédiger des textes, des tracts, des brochures, à la maquetter, etc.

Nous organisons aussi le camp international de la IVe Internationale, puisqu’Alice se retrouvait en première ligne sur ce travail. J’ai été envoyé au stage de formation international d’Amsterdam en 19XX, avec Adrien, Alban, Violette, Christine. Adrien était militant à Rennes, à peu près du même âge que moi. Nous en étions au même point dans notre parcours militant, et nous avons sympathisé et mené de multiples batailles ensemble. Alban, militant de la majorité de l’organisation, s’est révélé bien des années plus tard militant du Parti des travailleurs qui faisait dans l’entrisme dans les JCR et la LCR. Il était déjà à l’époque complètement obsédé par le front unique ouvrier, dont ils nous parlait à longueur de journée et de soirée. Christine était beaucoup plus vieille que nous, elle militait aux JCR à Clermont-Ferrand, juste avant que les désaccords avec la LCR locale ne viennent à bout de cette petite section. Nous y avons rencontré des militants de différents pays : Italie, Suisse, Etats-Unis, Québec, Luxembourg, Belgique, Portugal… Guiseppina et Diego, d’Italie (de Sardaigne en particulier), nous ont donné des indications sur le travail dans le Parti de la refondation communiste (PRC) qui n’étaient pas le tableau idéalisé que présentaient les militants de la majorité en France. Ces deux camarades ont été exclus du PRC quelques mois plus tard et ont du quitté la section italienne de l’Internationale, qui se considérait comme une tendance du PRC. Adrien, Violette et moi étions très proches de ces militants pendant ce séjour, et de Monia, une militante de Suisse italienne. Nous avons appris des rudiments d’italien pendant ce séjour, surtout Adrien, apparemment, avec Guiseppina.

Pendant ce séjour, Arien et moi avons commencé à comprendre l’importance du travail international et mené une petite bataille pour la construction d’un secrétariat jeune européen composé de jeunes (l’Internationale avait un secrétariat jeune, mais composé de militants de la direction de l’Internationale qui suivaient le travail dans la jeunesse). Nous avons écrit un texte, mais cela n’a pas eu de conséquences, puisque nous n’étions pas capable de prendre en charge ce travail et que personne d’autre que nous n’avait les forces et la volonté de le faire.

Étiquettes

Commentaires